Top 3 des moustaches à essayer... ou pas

Éternel agrément de l'homme viril, voire un tantinet macho, la moustache a su traverser les âges et les frontières pour s'adapter, se moderniser et constamment se réinventer. Vous cherchez une idée de duvet pour le Movember ? Suivez le guide.

Par Elyes Khouaja , 28 septembre 2016

Marre de voir des grosses barbes épaisses partout dans la rue. Pour vous, ce qui a toujours caractérisé un mâle, un vrai, c'est une belle moustache. Nostalgique des icônes du cinéma américain du milieu du siècle dernier, vous souhaitez revenir aux fondamentaux et habiller le vide entre votre lèvre supérieure et votre nez de la plus élégante des manières. À vos tondeuses et rasoirs, voici quelques exemples à singer.

La Clark Gable : une moustache dans le vent

Classe !

Classe !

"Frankly, my dear, I don't give a damn." Y a pas à dire, il en faut, du courage et de la classe, pour envoyer paître cette petite pleurnicheuse – mais non moins magnifique – de Scarlett O'Hara. Ça tombe bien, voici deux qualités qui qualifient parfaitement Rhett Butler dans le grand classique Autant en emporte le vent. Dans le rôle du mâle, Clarke Gable, légendaire acteur américain qui, en plus d'avoir prononcé l'une des plus répliques les plus connues de l'histoire du cinéma, a donné son nom à une moustache. Et pas n'importe laquelle : il s'agit de celle qu'il arbore dans le long-métrage de Victor Fleming, soit un fin trait effilé, qui suit la ligne de la lèvre supérieure.

La moustache est coupée en deux au niveau du philtrum - la fossette au milieu de la lèvre -, et remonte jusqu'à la base du nez. Aussi appelée en trait de crayon, elle peut être sans séparation. Orné ainsi, évitez trop de condescendance avec la gent féminine. Vous avez la moustache de Clark Gable, pas encore son flegme.

En chevron : the show must go on

Irrésistible comme Tom Selleck

Irrésistible comme Tom Selleck

Il s'agit là certainement de la moustache la plus populaire de la pop culture des années 70 et 80. Mais si, souvenez-vous : chemise ouverte sur torse velu, muscles saillants et regard profond. Nous parlons bien évidemment du duvet fourni de Tom Selleck (acteur principal de la série Magnum) et Freddie Mercury (leader du groupe Queen).

Pour obtenir l'agrément poilu, il est conseillé de laisser pousser votre barbe toute entière, pour ne pas passer par les étapes ingrates de la moustache. Une fois cette dernière bien fournie, rasez le superflu avec une tondeuse électrique, en laissant bien les extrémités un peu plus longues que la commissure des lèvres. Drue, raide et généralement un peu arrondie, elle dépasse légèrement la lèvre supérieure. Pour qu'elle conserve sa forme, passez de temps à autre un coup de peigne dessus. Peigne que vous rangerez ensuite dans la poche de votre chemise, évidemment.

En fer à cheval : une moustache pour porter chance

Hulk Hogan la porte bien, lui !

Hulk Hogan la porte bien, lui !

Alors autant vous le dire tout de suite, elle ne va pas à tout le monde. Si vous ne possédez ni tatouage, ni blouson en cuir, ni moto, passez votre chemin : cette moustache est pour les durs, façon Hulk Hogan. Elle tient son nom de sa forme, celle d'un fer à cheval (pas forcément flagrant, on vous l'accorde). Pour l'obtenir, laissez-vous pousser la barbe puis, une fois bien drue, rasez le tout sauf au-dessus de la lèvre supérieure. Laissez également deux lignes verticales et relativement denses partant de la commissure des lèvres jusqu'au menton.

Maintenant que vous avez la moustache de vos rêves, pensez à vous débarrasser de vos poils du nez, pour éviter que les deux ne se confondent.

Les meilleures marques !