Il y a 26 ans, Seiko Receptor inventait la montre connectée

Si l'engouement pour les montres connectées est récent, leur existence, elle, date de près d'un quart de siècle. La première montre connectée n'était ni une Galaxy Gear ni une Apple Watch mais une Seiko Receptor capable de recevoir des micro-textos. Retour sur un modèle qui a lancé la hype des smartwatches.
La Seiko Receptor envoyait et recevait des messages.

Par Elyes Khouaja , 26 octobre 2016

Vous ne le saviez peut-être pas mais l'ère des montres connectées a commencé bien avant votre Sony Smartwatch, votre Apple Watch ou encore votre Samsung Gear. Bien avant vos smartphones même. Et bien avant votre tout premier téléphone portable... On vous donne un indice : à l'époque, votre ordinateur tournait sous Windows 3.0, France Telecom inventait le BeBop, et Joséphine dansait le Jerk sur de la musique pop.

C'était 1990 et Seiko profitait de l'essor du web et celui des GSM, pagers et autres artifices technologiques mobiles, pour sortir la Seiko Receptor, la première montre connectée de l'histoire.

La Seiko Receptor, une smartwatch pas comme les autres

L'appareil n'était pas un pionnier sur le marché des smartwatchs, puisque d'autres montres intelligentes, avant lui et à l'instar de Casio et ses gadgets, avaient vu le jour dans la décennie 1980. Pêle-mêle : la Pulsar NL01 de Seiko (1982) qui pouvait contenir 24 bits d'informations et être raccordée à une imprimante ou un slot de carte mémoire, la Seiko Data 2000 (1983) et ses 2 000 bits de mémoire qui servaient d'agenda mais aussi de calculette, la Seiko RC-1000 (1984) que l'on pouvait synchroniser avec un PC ou encore la Sinclair FM Wristwatch Radio, la première radio de poignet.

Non, la Seiko Receptor n'était pas la première smartwatch mais bien la première montre connectée. Comprenez : elle était la seule de l'époque à recevoir des données sans fil. Le joujou fonctionnait, à cet effet, comme un biper ou un pager : grâce à un module cellulaire – le premier jamais greffé sur une montre poignet – il pouvait recevoir de courts messages de 16 caractères et conserver en mémoire les huit derniers messages reçus ainsi qui leurs numéros émetteurs. Une fonction qui peut sembler rudimentaire aujourd'hui mais qui constituait une véritable prouesse pour l'époque.

La Seiko Receptor était la première montre connectée.

La Seiko Receptor était la première montre connectée.

La Seiko Receptor, pionnière de la montre connectée

Une prouesse écoulée à 240 euros, soit 430 euros si l'on prend en compte l'indice d'inflation. Un prix moyennement accessible pour le commun des mortels, aussi mordus de technologie étaient-ils. Alors forcément, la Receptor n'a pas connu le succès dont pourrait se targuer une Apple Watch de nos jours. Mais le modèle a tout de même insufflé une révolution dans l'univers des smartwatchs : le partage de données sans fil.

Seiko retentera le coup, cinq ans plus tard, avec la Seiko MessageWatch, un biper de poignet capable d'utiliser des bandes FM pour afficher résultats sportifs, cours de bourse et météo émis par les opérateurs. En 1999, c'est Samsung qui se lance dans le bain avec la SPH-WP10, première montre-téléphone portable. D'autres montres connectées suivront, avec plus moins de succès, comme la Microsoft Spot (2004), la Sony Ericsson MBW-150 (2007), la Samsung S9110 Watchphone (2009), plus récemment Pebble (2012) qui reste dans l'histoire comme l'un des projets de crowdfunding les plus mémorables et les mieux financés, et enfin l'Android Wear et l'Apple Watch.

Les meilleures marques !